5 questions pour savoir si vous devriez transformer votre hobby en entreprise

Les bonnes questions à se poser avant de transformer son loisir préféré en une activité rémunératrice.

Gageons qu’à l’heure actuelle, vous adorez ce loisir que vous songez à transformer en activité rémunératrice. Mais l’aimerez-vous toujours quand ce sera votre seule source de revenus? Transformer votre hobby en entreprise est une sacrée décision et le débrouillard vous conseille de vous poser quelques questions avant de vous lancer.

Du temps de la Grande Récession aux États-Unis, le New York Times a étudié comment certains salariés victimes de la crise ont usé de cette opportunité pour lancer leur propre affaire.
Les conclusions d’Alex William? « C’était leur plan B mais il n’a pas été aussi simple qu’on pourrait le croire à mettre en œuvre. » Démarrer une activité de traiteur ou organiser des mariages ne s’est pas déroulé comme sur des roulettes. La vie rêvé d’entrepreneur a nécessité bon nombre de réveil à 5h30 du matin, des semaines de six jours, des sacs sacrément lourds à transporter et pas mal de corvées. « Une reconversion professionnelle engendre ses propres défis : la nécessité d’apprendre vite et par soi-même, aucune sécurité, l’épuisement physique et l’instabilité émotionnel », conclu William.

Alors, que faire si, en dépit d’articles comme celui-ci, vous rêvez toujours de jeter votre confort aux orties pour transformer un loisir en activité? Rassurez-vous, vous pourrez trouver de nombreux conseils sur la manière de démarrer votre activité. Mais, avant tout, vous devriez évaluer si ça en vaut vraiment la peine.

Toiletter d’adorables chiots ou créer ses propres bijoux peu paraitre séduisant mais ceux qui ont réussi leur reconversion professionnelle vous le diront : démarrer une entreprise, c’est bien plus que simplement exercer une activité que vous aimez. Le quotidien n’a que rarement un réel rapport avec ce que vous imaginez. Vous devriez donc vous poser quelques questions avant de vous lancer.

Est-ce que j’aimerais toujours mon hobby si l’on m’impose des délais à respecter?

C’est sûr que vous adorez cuisiner occasionnellement quelques desserts pour la famille ou les amis. Mais est-ce que vous aimerez en faire tous les jours, pressé par le temps, et ce pour de nombreuses années à venir? « Pour beaucoup de gens, travailler à son hobby est comme travailler à un projet artistique de long terme. Ils le font pour apprendre, pour créer quelque chose de beau, dans l’espoir d’atteindre la perfection », explique Candice Landau de BPlans. « A moins que vous n’envisagiez de vendre vos services une fortune ou de proposer vos créations à une galerie d’art, vous serez probablement obliger de faire les choses beaucoup plus vite qu’avant. Est-ce que c’est envisageable ? »

Est-ce que j’aimerais toujours le faire sous une contrainte financière permanente?

Il y a une différence, psychologique, entre faire quelque chose pour le plaisir et le faire parce que, si vous ne le faites pas, vous ne pourrez pas payer votre loyer. Anticipez cet état de fait et réfléchissez-y. « Si vous voulez transformer votre hobby en entreprise parce que vous pensez que ce sera aussi agréable que quand c’était un loisir, vous pourriez bien avoir des surprises », prévient Landau.

Est-ce que ce hobby est ma méthode de relaxation?

S’il l’est… vous allez devoir en trouver une autre… Ce hobby n’aura plus du tout cet effet.
Est-ce que je suis prêt à faire face à ce défi?
C’est sûr, créer une entreprise à partir de votre loisir favori peut-être extrêmement satisfaisant mais ce ne sera pas facile! Si vous cherchez une échappatoire, un break dans votre quotidien ou simplement une alternative moins fatigante à un travail salarié… alors transformer votre passion en entreprise n’est probablement pas ce qu’il vous faut. « Démarrer sera difficile, tout particulièrement si c’est votre première entreprise », averti Landau. « Vous allez probablement devoir porter pas mal de casquette durant les premiers temps : gestionnaire, responsable clientèle, chargé de relation publique, dirigeant, etc. C’est un bon moment pour réfléchir à ce qu’il faut pour être un bon entrepreneur. »

Est-ce que je suis prêt à me vendre?

Ne croyez pas que les clients vont se précipiter pour acheter vos produits ou vos services. Ce n’est pas parce que votre entreprise existe que les clients vont se bousculer. En tout cas, pas sans que vous fassiez le nécessaire pour communiquer sur votre activité!

« Il y a cinq ans, j’étais vraiment incapable de vendre mes bijoux ou mes services d’auteur. J’étais bien trop modeste et je ne voulais pas forcer les gens à prendre une décision », se confie Landau. Mais elle explique également: « Je ne suis plus la même personne aujourd’hui. Si vous me posez des questions sur mes bijoux ou sur mon travail d’auteur, je vais vous donner ma carte de visite ou mon tarif par mot. C’est une compétence que vous pouvez apprendre et que vous devez apprendre. Soyez prêt à vendre! »
Et vous, laquelle de ces questions ne vous étiez-vous pas posée?

Cette débrouillardise a été testée, traduite et adaptée par votre guide préféré qui l’a dénichée sur Inc.

Julien

Julien

Diplômé de sociologie, rompu à la relation client, ancien dirigeant de start-up, je conseille aujourd'hui les entrepreneur-se-s dans leurs choix stratégiques.
Julien

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*