Top 10 des techniques pour se faire bien voir par son chef

Mal noté par votre chef ? Il y a des solutions

En tant que salarié, on a tous un ou une chef à qui nous devons obéir. En partant du principe que ce n’est pas le diable incarné, il y a quelques techniques qui vous permettront d’entretenir de bonnes relations avec lui ou avec elle. Voyons ce que le guide du débrouillard vous propose.

 

10. Boostez votre sociabilité

On n’est pas en train de dire que vous n’êtes pas sociable au boulot – vous êtes quelqu’un de sympathique, n’est-ce pas ? Tous vos collègues (la plupart en tout cas) vous aiment bien au bureau. Mais vous pouvez utiliser quelques trucs pour améliorer vos relations, y compris avec votre chef. Commencez par éviter d’avoir un langage corporel négatif. Ayez toujours une apparence soignée et habillez-vous en accord avec votre job. Ça ne veut pas dire que vous devez vous transformer en lèche-cul – gardez juste à l’esprit que vous voulez transmettre plus de signaux positifs que de signaux négatifs.

Vous pourrez ainsi vous permettre des critiques quand elles sont nécessaires, sans passer pour un éternel insatisfait.

9. Rendez-vous indispensableBooster sa sociabilité au bureau

Vous l’avez sans doute entendu un paquet de fois et c’est totalement vrai : si le bureau ne peut pas tourner sans vous, alors vous êtes dans une bien meilleure position pour obtenir une belle augmentation ou une promotion. Si vous n’êtes pas encore indispensable, travaillez-y dès maintenant : participez à des projets ayant une grande visibilité et, si vous le pouvez, développez des compétences qui vous distinguent de vos collègues. Des compétences qui aident les projets à se dérouler sans accroc par exemple. Allez, un peu de boulot n’a jamais fait de mal à personne.

8. Détectez ses priorités

Si c’est important pour votre chef, ça doit être important pour vous. Assurez-vous de lui parler régulièrement pour détecter quelles sont ses priorités. Elles n’ont pas nécessairement besoin d’être pile-poil identiques aux vôtres, mais soyez attentif au pain qu’il a sur la planche. Vous vous assurerez qu’un mauvais chef vous laisse souffler et un bon chef vous appréciera d’autant plus.

7. Tenez-le au courantTenez-le informé

Inutile d’y revenir, les face-à-face sont importants – après tout, jamais votre chef ne pourra vous apprécier s’il ne vous voit jamais ! Vous devriez, tout particulièrement, vous assurer qu’il est toujours informé de la progression de votre travail. Envoyez-lui régulièrement une mise à jour de votre « statut de boulot ». Cela permettra de lui faire savoir où vous en êtes. Si vous êtes productif, cela montrera également le rythme auquel vous avancez – vous paraîtrez ainsi particulièrement efficace. Cette technique n’est pas aussi manipulatrice qu’on pourrait le croire. Tout ce que ça signifie c’est que vous communiquez régulièrement pour rester sur la même longueur d’onde. Cette technique est particulièrement utile avec les chefs très occupés ou qui ne communiquent que très peu.

6. Trouvez des solutions avant qu’il ne le fasse

Personne n’est parfait, et votre patron le comprend probablement très bien. Mais si vous pouvez régler vos problèmes avant qu’il ait à intervenir, vous marquerez des points avec lui. Pour se faire, une introspection régulière est nécessaire. Vous pouvez également tenir un journal de travail informel. Formalisez ce que vous faites, ce que les autres pensent que vous faites et ce que vous devriez être en train de faire – puis examinez-vous du point de vue de votre chef. Avec de l’honnêteté (et un peu de chance), vous devriez avoir une bonne idée des problèmes que vous devez régler avant que votre patron vienne vous en parler.

5. Excusez-vous (correctement !) quand vous avez merdé

Pour les problèmes que vous ne pouvez pas régler – ou pour l’erreur que vous venez de commettre – vous avez juste besoin de faire bonne figure. Et cela veut dire, faire vos excuses – correctement. Centrez vos excuses sur votre chef (la partie « offensée »), non sur vous-même. Pensez à ses priorités et à la manière dont votre erreur les impacte. Rappelez-vous : ne stressez pas quand vous ratez quelque chose. C’est par ce biais qu’on progresse.

4. Imposez le respect

Vous pouvez croire que pour être apprécié de son boss il faut être un lèche-cul. Dans certains cas, cela peut marcher, mais la meilleure manière de se faire apprécier – sans s’humilier ! – est d’imposer un réel respect. Vous pouvez y parvenir en produisant un boulot solide, en évitant de discuter politique ou de propager les ragots et en acceptant la critique. Être sociable peut aider (voir le #10), mais  le respect est quelque chose de fondamentalement différent. Si vous vous respectez, votre chef et vos collègues vous respecteront également.

Maîtriser l'art de paraître occupé3. Maîtrisez l’art de paraître occupé

Soyons honnête : parfois, le meilleur moyen pour s’en sortir c’est de faire preuve d’un peu d’astuce. Au bureau, cela veut dire être capable de paraître occupé même quand vous ne l’êtes pas. Attention, cela ne veut pas dire se relâcher ou mentir effrontément. Cela signifie simplement s’assurer que votre boss soit au courant que vous avez toujours du pain sur la planche. Ayez toujours quelque chose à lui dire s’il vous demande sur quoi vous travaillez. Tenez-le informé de la progression de votre travail (voir le #7), et utilisez le principe de Scotty : augmentez d’au moins 25 % tous les délais que vous annoncez pour réaliser une tâche. Cela devrait vous permettre de ne jamais être pressé par le temps ou d’avoir à rendre un travail en retard – et si vous rendez occasionnellement un boulot avant la fin du délai prévu, vous paraîtrez très compétent.

2. Donnez des retours honnêtes (et utile !)

Si vous avez vraiment un bon boss, il est assez ouvert pour recevoir des retours honnêtes – en fait, le plus probable est qu’il en veut. Mais quand il en demande (ou quand on vous laisse une chance de lui en donner), ne vous contentez pas de lui faire une liste de plaintes. Essayez de deviner quels types de retour il attend exactement, et donnez-les lui ! Cela ne signifie pas lui dire exactement ce qu’il a envie d’entendre (« T’es le meilleur chef du monde ! »), cela signifie savoir sur quel aspect du boulot il veut du retour exactement. S’il veut savoir comment il s’en est sorti avec la direction du dernier projet d’équipe, dites-le lui – mais ne commencez pas à lui donner des retours qu’il n’attend pas sur ses interminables déjeuners ou sa propension à arriver en retard.

1. Donnez le meilleur de vous-même pour bosser ensemble, même si vous ne pouvez pas le voir

Évidemment, peu importe ce que vous faites, certains chefs sont définitivement à chier et ne changeront jamais. Si vous êtes dans cette situation, on comprend votre douleur et on compatit. Si nos autres conseils ne suffisent pas, tout ce que vous pouvez faire c’est vous blinder, garder une trace de toutes ses conneries et – peut-être le plus important – ne pas le laisser infecter le reste de votre vie (assurez-vous également que vous n’êtes pas le problème.) Si vous finissez par supporter de travailler avec lui, considérez-ça comme une victoire.

Cette débrouillardise a été testée, traduite et adaptée par votre guide préféré qui l’a dénichée sur LifeHacker.

Julien

Julien

Diplômé de sociologie, rompu à la relation client, ancien dirigeant de start-up, je conseille aujourd'hui les entrepreneur-se-s dans leurs choix stratégiques.
Julien

1 Commentaire

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Bonsoir,
Mes chefs sont loin puisque je bosse en agence. J’ai su obtenir leur confiance car de part mon expérience sur mon métier je suis très souvent sollicitée. Ce qui me contrarie c’est qu’ils ne pensent pas à moi lors des évolutions. L’argument mis en avant est que je sois en agence. Que faire pour être valorisée à ma juste valeur auprès d’eux ?